Back
Image Alt

Qui a le droit d’être Auto-entrepreneur ?

Le statut d’auto-entrepreneur permet aux personnes le désirant de se lancer dans la création et la gestion d’une entreprise dite individuelle. C’est un statut assez particulier. Mais notez aussi que ce cadre n’est pas ouvert à tout le monde. Cet article vous dira plus sur ce point.

Qui peut auto-entreprendre ?

Le monde a beaucoup évolué aujourd’hui et de nouvelles règles ont été mises en place dans le cadre de l’auto-entreprenariat. Tout le monde dispose du privilège de tourner des micro-entreprises. Que ce soit des étudiants, salariés, demandeurs d’emploi, chacun peut se manquer dans un secteur d’activité. Mais il est aussi important de définir un régime de fonctionnement avant de légaliser les activités. Mais il y a des personnes qui ne sont pas du tout concernées par cette option.

A voir aussi : Comment créer une entreprise de déménagement ?

Le domaine de l’auto-entreprenariat concerne beaucoup plus les personnes hors du Régime de Sécurité. Celles-ci sont déjà considérées comme des travailleurs indépendants et ne peuvent donc plus acquérir le titre d’auto-entrepreneur. Il s’agit des personnes en suspension au travail, celles en congés et les assurées.

De plus, les travailleurs sans salaire, les alliés aux services collectifs, les associés ou gérants d’EUL ont aussi un statut particulier vis-à-vis du code de l’entrepreneuriat. Ils ne sont alors pas autorisés à créer des entreprises sous le statut de micro-entreprise. En effet, ce sont de travailleurs qui fonctionnent déjà sous le sociétaire. Ils doivent donc quitter ce code avant d’avoir de se lancer dans l’auto-entreprenariat.

A lire également : Calculer son salaire en net mensuel : les différences pour les cadres et les non-cadres

Quelles sont les conditions à remplir pour être auto-entrepreneur ?

Comme tous les domaines d’investissement, l’auto-entreprenariat nécessite aussi une mobilisation des fonds. Même si vous remplissez toutes les conditions énumérées plus haut, sachez qu’il en reste encore. Les banques aussi ont défini des conditions pour attribuer des crédits aux auto-entrepreneurs. Mais avant d’en bénéficier, il faudra répondre de certains critères. Le dépôt de garantie est très important.

Tout investisseur doit présenter un plan d’action avant d’octroyer pour un crédit en banque. C’est suite à son étude que la banque vous accordera le prêt ou non. Il faudra aussi fournir des preuves sur vos apports personnels pour le financement des activités de la future organisation. De plus, dans le plan de financement, il faudra des rapports attestant les risques de pertes. En fonction de tout ceci, vous pourrez financer votre activité.

Notez aussi qu’il y a des démarches administratives à suivre. La mairie doit enregistrer la création de votre entreprise personnelle dans sa base de données. C’est l’étape de la légalisation qui est aussi d’une importance capitale.

Les avantages et inconvénients de l’auto-entrepreneuriat

L’auto-entrepreneur est une forme juridique qui permet à de nombreuses personnes de créer leur entreprise sans trop de formalités. Toutefois, comme toute solution, elle présente des avantages et des inconvénients.

Parmi les avantages, on peut citer la simplicité du statut d’auto-entrepreneur. Les démarches sont minimales comparées aux autres formules juridiques. Effectivement, l’inscription est rapide et facile : quelques clics sur Internet suffisent pour vous inscrire en tant qu’autoentrepreneur. Le régime microfiscal dont bénéficient les autoentrepreneurs facilite aussi la gestion fiscale avec un taux réduit en matière de TVA.

Un autre avantage non négligeable est le fait que vous êtes votre propre patron. Vous choisissez vos clients et vos horaires selon votre convenance tout en ayant la possibilité d’exercer plusieurs activités dans différents domaines en même temps.

Malgré ces nombreux avantages liés au statut d’autoentrepreneur, il y a aussi quelques inconvénients majeurs à prendre en compte.

Le premier concerne le plafond du chiffre d’affaires annuel (CA) qui limite les revenus générés par l’entreprise individuelle. Le second inconvénient porte sur la responsabilité civile et pénale inhérente à cette forme juridique. La protection sociale offerte n’est pas optimale non plus car il faut être titulaire d’un contrat complémentaire santé pour couvrir ses frais médicaux. La difficulté rencontrée par certains autoentrepreneurs concerne l’établissement de relations commerciales à long terme et la pérennisation de l’activité.

Le choix du statut d’autoentrepreneur doit être fait en fonction des avantages et inconvénients susmentionnés.

Comment devenir auto-entrepreneur : étapes à suivre et formalités administratives

Vous avez décidé de vous lancer dans l’aventure entrepreneuriale et d’opter pour le statut d’auto-entrepreneur ? Voici les étapes à suivre pour y parvenir.

La première chose à faire est de vérifier si vous remplissez bien les conditions requises. Pour cela, il faut que vous soyez une personne physique domiciliée en France ou dans un autre État membre de l’Union européenne (UE). Vous devez aussi avoir comme activité principale la vente de biens, la prestation de services commerciales, artisanales ou libérales.

Pour s’inscrire, rien n’est plus simple ! Il suffit tout simplement de se rendre sur le site officiel Auto-entrepreneur.urssaf.fr. Une fois dessus, cliquez sur ‘Devenir auto-entrepreneur’ et suivez attentivement toutes les étapes qui s’affichent : formulaire d’inscription en ligne, choix des options fiscales et sociales …

Vient ensuite la déclaration du début d’activité. Elle doit être effectuée auprès du centre de formalités des entreprises (CFE) compétent selon votre activité professionnelle. La déclaration peut être faite soit en ligne via le site Guichet Entreprises soit par courrier postal. Ce document permet notamment au futur auto-entrepreneur d’immatriculer son entreprise individuelle.

L’étape suivante consiste à choisir entre deux régimes fiscaux simplifiés : le régime micro-social simplifié avec versement libératoire mensuel ou trimestriel pour les impôts ; Le régime micro-fiscal simplifié avec franchise en base de TVA.

Une fois toutes ces procédures achevées, vous devez effectuer des transactions financières. La tenue d’un livre de recettes et dépenses est aussi indispensable pour la bonne gestion comptable de votre entreprise individuelle.

En résumé, les étapes pour devenir auto-entrepreneur sont relativement simples : vérifier si vous remplissez les conditions requises, s’inscrire en ligne sur le site officiel Auto-Entrepreneur.urssaf.fr, déclarer votre début d’activité auprès du CFE compétent et choisir entre deux régimes fiscaux simplifiés. Une fois ces formalités accomplies, vous êtes prêt à exercer votre activité professionnelle en toute légalité !